Les Chiens de race Carlin

Tout ce que vous devez savoir sur le Carlin

Vous possédez un chien de race Carlin ? 

Ces merveilleux compagnons sont de formidables animaux de compagnie et ils sauront vous apporter de la joie et du réconfort ! Avant d'en savoir un peu plus sur les Carlins, je vous conseille de comparer les assurances pour chien de race Carlin de manière à pouvoir le protéger quoiqu'il arrive ! Ce sont tout de même des animaux de race à la santé fragile. 

Commençont avec un peu d'histoire...

Origine et histoire

Les chiens ont marqués l’histoire à travers les époques mais celle du carlin est l’une des plus intéressantes. Malgré le fait que personne ne connaît précisément les origines exactes du carlin, celui ci a laissé des traces de son existence ce qui a permis d’avoir une idée de sa vie au fil des siècles.

Comme toute histoire, celle ci commence par une légende :

Cette légende raconte qu’un lion, le roi des animaux, serait tombé éperdument amoureux d’un écureuil (oui oui, vous lisez bien, un écureuil) et que cet amour fut réciproque. Malgré le fait que les sentiments étaient mutuels, la différence de taille posa vite problème au sein de ce couple, surtout pour consommer leur nouvelle passion brûlante. Le lion se mit alors à prier les dieux et leur demanda un miracle afin qu’ils puissent être unis comme un couple parfait. Les dieux accordèrent au lion son vœu, le transformant en carlin.

Voilà pourquoi, d’après cette légende, la raison pour laquelle le carlin agit comme si il était le roi des animaux!

Après cette histoire d’amour, bien meilleure que Twilight au passage, revenons en aux faits et à la réalité.

Notre ami le carlin est l’une des races de chiens les plus anciennes et les premières traces de son origine fut trouvée dans les écrits de Confucius, un professeur, philosophe et écrivain chinois au 6ème siècle avant Jésus-Christ . Son nom original était lo-chiang-sze qui fût raccourci plus tard par lo-sze. Malheureusement, partir à la recherche de faits historiques précis est un acte futile. En effet, l’Empereur Shenjing Wang ( 320 à 314 avant J.-C.) s’est emparé de tout les documents  sur le  carlin et son origine et les a détruits. Les historiens ne savent toujours pas ce qui a pu pousser l’Empereur à prendre des mesures si radicales pour faire disparaître cette partie de l’histoire.  Malgré tout, certaines sources historiques nous ont appris que les carlins étaient élevés pour s’asseoir sur les genoux des empereurs chinois durant la dynastie Shang (1570 à 1045 avant J.-C.). Ils étaient honorés pour leur apparence et les croyances disaient que leurs caractéristiques faciales repoussaient les esprits diaboliques. De plus, les rides sur leur front forment le mot « Prince » en caractère chinois. Un vrai chien royal n’est-ce pas?

Le carlin était devenu plus commun pendant la dynastie de Han (206 avant J.-C à 220 après J.-C). Sa ressemblance avec les chiens Fu (ou lions chinois), ces immenses statues qui gardaient l’entrée des palais impériaux, tombes impériales, temples, bâtiments gouvernementaux et dotées d’après les croyances de pouvoirs protecteurs mystiques lui donna encore plus d’importance dans la cour royale. L’Empereur Han Lingdi gardait dans son jardin un carlin auquel il était très attaché. A tel point qu’il lui a offert le chapeau et la ceinture officielle de l’Ordre de Chin Hsien, le rang littéraire le plus important à l’époque. Les autres compagnons à 4 pattes de l’Empereur ont, quant à eux, obtenus les rangs de K’ai Fu et de Yi Tung, ce qui correspondait plus ou moins au statut de vice-roi et de gardien impérial. Les femelles n’ont pas étés oubliées et ont reçu le rang d’épouse. Ces chiens privilégiés avaient droit à leurs propres quartiers, serviteurs et même une escorte personnelle composé de gardes impériaux. Ils étaient nourris avec la meilleure viande et le meilleur riz. Si quelqu’un avait la mauvaise idée de voler un de ces chiens, celui-ci était immédiatement condamné à mort. Et oui, ça ne plaisantait pas à cette époque.

Le carlin poursuivra ensuite sa conquête de l’Asie durant la dynastie Tang (618-907 après J.-C.). Il était fréquemment envoyé comme cadeau en Corée et ensuite au Japon. Sa popularité grandit énormément au fil des siècles ainsi que le nombre de spécimens.

A LA CONQUETE DE L’EUROPE

Il existe plusieurs histoires à propos de l’arrivée du carlin sur notre continent. Il aurait été introduit en Europe par les marins hollandais travaillant pour la Compagnie des Indes hollandaise qui commerçait alors avec les pays de l’Extrême-Orient et en particulier avec la Chine. Les carlins étaient victimes de contrebande vu que leurs propriétaires étaient généralement des personnes riches et de haut-rangs, et qu’une personne ordinaire était condamnée à mort si elle en possédait un. Ils étaient offerts ou vendus aux différentes maisons royales d’Europe. Une autre histoire raconte que ce sont les Portugais qui ont ramenés les carlins de Chine et les ont passés aux Hollandais. Et finalement, dernière théorie sur l’arrivée des carlins: ils étaient simplement communs en Russie et ils sont venus en Hollande à partir de Moscou. Néanmoins, l’histoire la plus authentique reste celle des marins hollandais et de la contrebande venant de Chine.

Les carlins devinrent très populaires dans les cours européennes et il ne fallut pas longtemps pour que la folie carlin atteigne les nobles et qu’ils jouissent à nouveau de la vie royale auquel ils avaient droit en Chine. Guillaume de Nassau dit le Taciturne, Prince d’Orange possédait un chien nommé « Pompey ». En 1572 durant la guerre de Quatre-Vingts, le camp du Prince fût attaqué pendant qu’il dormait. Alors que les assassins espagnols s’approchaient de la tente, Pompey commença à aboyer pour avertir son maître, sautant finalement sur son visage pour le réveiller. Grâce à l’aide de son fidèle compagnon, Guillaume de Nassau évita de justesse d’être prisonnier des envahisseurs. Le Prince, par reconnaissance, fît de Pompey et du carlin en général l’emblème officiel de la Maison d’Orange. A partir de ce moment là le Prince ne fût jamais vu sans un carlin à ses cotés (ce qui ne l’empêcha pas de se faire assassiner 12 ans plus tard…).

Un siècle plus tard son descendant Guillaume III d’Orange, célèbre pour avoir mené à bien la « Glorieuse Révolution », devient roi d’Angleterre. Il se débarrassa des épagneuls King Charles appartenant aux rois et reines précédentes et les remplaça par ses nombreux carlins qui l’entouraient en permanence.  Une fois de plus dans l’histoire, le carlin retrouvait son statut royal.  C’est à ce moment là que le carlin devint très populaire en Angleterre et l’un des chiens les plus aimés du territoire.

En 1794, un régime de terreur s’empare de la France. Napoléon Bonaparte et sa future-femme Joséphine de Beauharnais sont en train de pourrir dans une cellule de la prison des Carmes et seule une créature à le droit de rendre visite aux prisonniers: Fortune, son carlin. Grâce à Fortune, elle et son mari vont pouvoir ainsi échanger des messages secrets cachés dans le collier du chien. Deux ans plus tard lors de leur nuit de noce, Napoléon refuse de laisser le chien monter dans le lit. Fortune se met alors à mordre la jambe de Napoléon et Joséphine s’écrie « Soit il reste, soit je m’en vais ». Le pauvre Empereur n’eut pas beaucoup de choix et dû à partir de ce moment là partager son lit avec Joséphine et un carlin. Joséphine de Beauharnais aura joué un grand rôle dans la popularité de l’histoire du carlin en France.

Cependant à la fin du 19ème siècle, la popularité du carlin était en déclin, dans l’ombre de celle des spitz nain et pékinois. Leur popularité augmenta à nouveau quand la Reine Victoria tomba sous le charme de ce canidé. Elle posséda jusque 38 carlins dans son palais, ceux de couleur abricot étant ses préférés. Elle les aimait tellement qu’elle mit fin en 1895 à la pratique cruelle de la coupe d’oreilles. La mode à cet époque était de couper les oreilles des chiens afin de les arrondir. Cet acte barbare fût totalement interdit et illégale grâce à la Reine Victoria.

Caractéristiques du carlin

  • Taille : 30 à 40 cm pour le mâle et 29 à 36 cm pour la femelle.
  • Poids idéal : 6.50 kg à 8 kg pour le mâle et 6 kg à 7 kg pour la femelle.
  • Espérance de vie : De 12 à 15 ans.
  • Nomenclature FCI : Groupe 9, Section 11, standard n° 253
  • Tête : Large et massive, elle doit être ronde et sillonnée de rides larges et profondes. Le museau est court, carré et il n’est pas retroussé.
  • Yeux : Grands, globuleux, brillants et de couleur foncée avec une expression douce, ceux-ci s’enflamment quand le chien est excité.
  • Oreilles : Petites, fines et douces comme du velours. En forme de rose ou en bouton.
  • Cou : Presque inexistant en apparence, il se confond avec le corps.
  • Corps : Trapu, court et carré. La poitrine large et les côtes bien rondes.
  • Queue : Enroulée en tire-bouchon un peu à la manière d’un cochon, elle forme une spirale simple ou double qui doit être enroulée aussi serrée que possible sur la hanche. La double spirale est considérée comme la perfection.
  • Membres : Antérieurs forts et musclés. Postérieurs très forts.  Ils sont droits, moyennement longs et bien au-dessous du corps. Jarrets peu coudés.
  • Pieds : Ils sont assez ronds et les doigts sont bien séparés. Ongles noirs.
  • Pelage : Poil fin, court, doux, lisse et brillant. On pourrait penser que le carlin perd peu de poils vu qu’ils sont courts mais ce n’est pas le cas. Pensez donc à le brosser au moins une fois par semaine afin d’enlever les poils morts et préparez vous à passer l’aspirateur plus fréquemment, surtout en été où le carlin perd une quantité assez importante de poils .
  • Couleurs : Sable, abricot, argent ou noir. Les carlins au pelage clair portent toujours des marques noires autour des oreilles et un « masque » noir couvrant leur face. Malgré le fait que le gène dominant soit le noir, les carlins noirs sont beaucoup plus rares. Peu importe la couleur que vous choisissez, vous obtiendrez les mêmes caractéristiques adorables qui font le charme de ce chien.

Le caractère du Carlin

Le carlin est un petit chien très sympathique reconnu avant tout pour son caractère affectueux, sa douceur, son intelligence et sa joie de vivre. Il adore la compagnie, particulièrement celle de ses maîtres et n’est généralement pas agressif avec les étrangers, enfants et les autres animaux. Plein d’énergie et doté d’un grand sens de l’humour, il est toujours prêt à jouer et inventer toutes sortes de pitreries pour attirer l’attention de son maître (quand il n’est pas en train de faire la sieste, ce qui est plutôt fréquent). Il adopte parfois des attitudes humaines: il aime par exemple regarder la télévision, dormir la tête posé sur un oreiller et s’intéresse aux conversations tout en penchant sa tête d’un coté à l’autre. Très futé, il apprend vite mais se montre parfois fainéant et se repose sur ses acquis. Si vous avez des voisins qui ne supportent pas trop le bruit ne vous inquiétez pas: le carlin aboie très peu et son aboiement est assez grave et « étouffé ». On est bien loin de l’aboiement aigu et ennuyant du Yorkshire par exemple!

Un petit chien avec beaucoup de caractère

Au fond de lui, le carlin est un grand sensible. Si jamais vous le grondez, celui-ci sera très malheureux et il tentera de se faire pardonner par la suite (et il y arrivera, croyez moi ;-) ). Il est extrêmement attaché à son maître, fera tout pour lui plaire et le suivra comme une ombre partout dans la maison. Personnellement, il est fréquent que le mien fourre son nez sur ma jambe à chacun de mes pas tellement il est proche de moi lorsqu’il me suit. Le carlin ne tolère pas la solitude et il vaut mieux donc éviter d’en acheter un si vous travaillez beaucoup et êtes rarement chez vous. Malgré cela, si vous tenez absolument à posséder un carlin, trouvez lui un compagnon pour passer le temps avec lui durant votre absence: c’est un chien bougrement sociable et il s’entendra avec aussi bien avec un chien qu’un chat (si celui ci l’accepte évidemment). Bonus si c’est un autre carlin: la cohabitation entre eux est exceptionnelle et ils sont très peu dominants.

Bien que de nature très enjouée quand il est chiot, le carlin devient beaucoup plus calme une fois adulte. Les siestes deviendront alors son passe-temps favori.

Les petites imperfections du carlin

Passons maintenant aux défauts mais je vous rassure, il y en a très peu:

  • C’est un chien très gourmand : surveillez son alimentation, évitez de laisser traîner de la nourriture à portée de votre compagnon et de lui donner des restes à table.
  • C’est un ronfleur : comme tout les chiens à nez plat, le carlin à quelques difficultés respiratoires qui peuvent se traduire par un ronflement relativement bruyant.
  • Il a quelques problèmes de flatulences : votre compagnon à 4 pattes ne pourra s’empêcher de lâcher assez fréquemment des pets silencieux mais terriblement dévastateurs. Une vraie petite usine à gaz !
  • Et finalement, il peut parfois se montrer très têtu : non, votre carlin n’est pas idiot. Si il ne répond pas à votre appel ou n’écoute pas vos ordres de temps en temps, c’est simplement qu’il n’en a pas envie.

Certains (dont moi) diront que ces petits défauts font partie du charme du carlin. Notez que le carlin n’est pas non plus un grand sportif. Il aime jouer et courir un peu mais ne vous attendez pas à le voir à vos cotés pendant votre séance de jogging.

En bref, le carlin est le parfait petit chien de compagnie/d’intérieur au très bon caractère et il ravira sans aucun doute la plupart de ses propriétaires!

La santé chez le Carlin

Cette page vous offre un résumé des problèmes de santé les plus courants chez le carlin. Si vous avez un carlin ou envisagez d’en posséder un, il y a beaucoup de choses que vous devez savoir à propos de la santé de votre chien. Gardez à l’esprit qu’aucune des informations trouvées sur internet ou ce site est destinée à être utilisée à la place de soins vétérinaires. Si vous êtes préoccupés par la santé de votre chien, vous devriez prendre rendez-vous avez votre vétérinaire et lui en parler. Lui et uniquement lui, est la seule personne sur qui vous devez compter en cas de soucis de santé de votre animal.

Le carlin est un chien beaucoup plus robuste qu’il en a l’air et il tombe rarement malade si on prend soin de lui. Malheureusement comme toutes les autres races de chiens, il est plus sensible à certaines maladies et soucis de santé.

Problèmes de santé les plus fréquents:

  • Obésité : le poids de votre chien est une chose primordiale à surveiller! Le carlin est sujet à l’embonpoint et une alimentation trop riche le rendra vite obèse. Un chien trop gros vivra moins longtemps qu’un chien ayant un poids idéal et sera sujet à d’autres complications.
  • Troubles respiratoires : certaines races comme le carlin, le shih-tzu, le pékinois ou le bulldog sont dites brachycéphales ce qui signifie littéralement «qui a le crâne court». Cela leur donne un faciès plat plus humain et une certaine originalité appréciée. Malheureusement, une sélection génétique accentuant ces traits s’est faite ainsi pendant des dizaines d’années ce qui à eu pour conséquence de créer des problèmes de santé inquiétants. Ce sont entre autres les difficultés respiratoires, vomissements d’aliments et les ronflements. Dans les cas les plus sévères, il peut y avoir perte de connaissance suite à ces soucis. Je le répète mais dans ce cas là, parlez en à votre vétérinaire!
  • Troubles oculaires : vous l’aurez remarqué, les yeux du carlin sont grands et globuleux ce qui peut aussi poser quelques soucis. Ajoutez à cela le manque de museau et vous obtenez des yeux plus exposés aux risques. Faites donc particulièrement attention à votre toutou lors des promenades. Évitez qu’il se ballade dans les hautes herbes ou buissons: une griffe venant d’une ronce ou autre pourrait le blesser. Au moins une fois par semaine les yeux seront nettoyés grâce à un sérum, gel ou serviette prévu à cet effet afin d’éviter les inflammations oculaires. Certains carlins souffrent aussi de sécheresse de l’œil et il faudra les humidifier plus ou moins régulièrement suivant les cas.
  • Lésions cutanées dans les plis du museau : le carlin possède des plis importants sur le visage qui, comme les yeux, doivent être vérifiés quotidiennement et nettoyés au moins une fois par semaine avec une serviette ou liquide antibactérien.
  • Coups de chaleur : le carlin supporte mal la chaleur (particulièrement le carlin noir vu que cette couleur absorbe 90% de la chaleur) et il peut arriver que votre chien souffre d’hyperthermie. Sa température corporelle devient alors très élevée, il est en détresse respiratoire, halète, reste couché et refuse de se déplacer. La première chose dans ce cas là est de faire baisser sa température en aspergeant son corps et sa tête d’eau fraîche (fraîche, pas froide!). Évitez donc de le laisser au soleil, l’activité physique quand il fait trop chaud, donnez lui à boire régulièrement et surtout ne laissez jamais seul un animal dans une voiture! Même quelques instants.
  • Luxation de la rotule : elle peut être provoquée par un creusement insuffisant de la trochlée (une articulation à la forme de poulie dans le « genou » de votre chien). C’est la cause la plus fréquente chez les chiens de petite taille mais elle peut être aussi causée par un traumatisme (accident, mouvement brusque, etc…). Veillez à ce que votre carlin ne saute pas de trop haut afin d’éviter toute fracture, il n’est pas très souple et l’accident peut vite arriver.

C’est à vous de vous assurer de la bonne santé de votre chien. Je le répète car c’est important : si vous vous faites du soucis pour la santé de votre chien, rendez une petite visite à votre vétérinaire!

Accessoires indispensables

Vous vous apprêtez à accueillir votre nouveau petit compagnon chez vous? Sachez que l’acquisition d’un chien ne se fait pas sans quelques emplettes au préalable! L’achat d’accessoires, qui n’a d’accessoire que le nom,  est nécessaire pour le confort et la santé de votre chien. Lui aussi à besoin de « mobilier », « toilettes », « vaisselle » etc.. Voici donc une sélection d’accessoires primordiaux pour préparer l’arrivée de votre chien sans pour autant exploser son budget.

 Les accessoires indispensables:

  • La caisse de transport : l’accessoire qui vous sera utile dés le premier jour. Vous aurez certainement besoin de prendre votre voiture pour ramener votre chiot de l’éleveur à chez vous et chez le vétérinaire les jours suivants. La caisse de transport sera pratique lors de ballades salissantes et votre voiture vous en remercia. Vous pouvez aussi l’utiliser comme panier temporairement si vous avez un petit budget. Prenez soin de choisir une caisse de transport robuste et en fonction de de la taille adulte de votre chien: les chiots grandissent vite!
  • Le couchage : je vous conseille un panier en pvc. Facile d’entretien et robuste, ajoutez y un coussin ou une couverture que vous pourrez facilement ôter et laver. Les paniers en tissu et osier sont plus fragiles, moins commodes à nettoyer et ceux en osier sont destructibles et peuvent présenter un danger. Votre chiot risque par exemple de se blesser en le mordillant pour faire ses dents.
  • Les gamelles : votre chien doit avoir ses propres gamelles, une pour l’eau et une pour la nourriture. Je vous recommande les gamelles en inox avec un fond anti-dérapant si possible: elles sont bon marché, faciles à nettoyer, ne conservent pas l’odeur de nourriture comme le plastique et plus confortables pour votre chien. Évidemment il faut choisir une taille proportionnelle à celle de votre chiot. Si votre chien dévore sa nourriture à un rythme affolant, il existe aussi des modèles anti-glouton (également appelées anti-étouffement) qui obligeront votre chien à prendre le temps de manger. Nourrissez votre chien au moins 2 fois par jour et à heures fixes. Une fois son repas terminé, il est conseillé de retirer sa gamelle de nourriture mais sa gamelle d’eau doit être constamment à sa disposition et toujours remplie d’eau fraîche. N’oubliez pas de les laver régulièrement pour que votre chien ne tombe pas malade.
  • La laisse et le collier : optez pour une laisse courte en nylon ou cuir léger et évitez absolument les laisses à enrouleur, celles-ci sont dangereuses pour plusieurs raisons:
    • Risque de cassure si votre chien est « speed » ,
    • Risque de vous brûler, blesser les doigts avec l’enroulement de la laisse,
    • Risque de blessures diverses pour votre chien: imaginez votre chien stoppé net après un sprint de ~5 mètres,
    • Aucun contrôle du chien: c’est lui qui vous promène et non le contraire. Il n’apprendra pas la marche au pied et cela peut avoir des répercussions sur son comportement,
    • Risques divers d’accident: voitures, portes d’ascenseur etc…

Quant au collier, il est préférable d’acheter un harnais afin d’éviter toute pression ou choc au niveau du cou. Il doit être réglable pour l’adapter à la taille de votre chien au fil de sa croissance et pas trop serré (de quoi passer un doigt entre le cou et le collier).

Une médaille porte-adresse : il est utile d’avoir un petit pendentif attaché à son collier avec votre adresse et numéro de téléphone sur celui-ci au cas où votre chien se serait enfui ou perdu. Si quelqu’un le trouve, il pourra facilement vous contacter et éviter une attente et du stress supplémentaire pour lui et son maître.

Les jouets : votre animal à aussi le droit de s’amuser et il existe une quantité énorme de jouets prévu à cet effet. Ils sont indispensables et permettront aussi à votre ami de faire ses dents en les mâchouillant. Malheureusement certains jouets ne sont pas recommandés parce qu’ils peuvent présenter un danger ou contenir des produits chimiques. Je vous recommande de ne pas acheter les premiers prix et de mettre quelques euros supplémentaires pour d’acheter des jouets de marques reconnues ne contenant aucune de ces substances chimiques (Kong par exemple). Évitez les jeux brutaux du genre « tirage de corde » si votre carlin à un fort caractère dominant (ce qui reste très rare)!

Hygiène et toilettage : un shampoing doux pour chien à appliquer au moins une fois toutes les 4 à 6 semaines, une brosse de type « Furminator » pour se débarrasser des poils morts et des serviettes spécialement prévues pour nettoyer les yeux et les plis du visage du carlin. Vous pouvez ajouter à cela un peigne anti-puce si besoin. Si vous avez besoin de conseils plus spécifiques, n’oubliez pas que votre vétérinaire ou un spécialiste peut vous renseigner.

Une trousse de secours : un des accessoires les plus oubliés mais tout bon propriétaire de chien se doit d’en posséder une! Vous trouverez à l’intérieur des produits de soins d’urgence tel que des compresses, un désinfectant, un vermifuge, tire-tique, etc…

Ce sera tout pour la liste des accessoires véritablement indispensables pour votre chien. Évidemment il existe pléthores d’accessoires si vous tenez à agrandir la garde-robe de votre ami à 4 pattes comme des manteaux, des chaussons, vêtements pour l’hiver, la pluie etc…  De quoi faire devenir votre chien un vrai fashionista!

Catégories

Auteurs